Android Wear va-t-il survivre?

Actualité

Sur le marché des montres connectées, on trouve trois grandes catégories de montre si on les classe d’un point de vue du système d’exploitation installé:

  • L’Apple Watch avec le système watchOS
  • Les systèmes d’exploitation maison crées par les différents fabricants (Garmin, Fitbit, Polar, Suunto)
  • Le système Android Wear (Samsung, Sony, LG, Polar M600 et d’autres).

L’avantage de créer son propre système d’exploitation est bien évidemment de pouvoir concevoir un logiciel en parfaite adéquation avec son matériel. Mais l’inconvénient, c’est de devoir créer chaque nouvelle fonction à partir de rien.

Donc si on veut lancer rapidement sur le marché une montre connectée qui supporte des apps, permet d’embarquer de la musique et qui dispose de fonctions de notifications intelligentes etc… on a actuellement guerre le choix: on passera par Android Wear. Mais ce choix implique de nombreuses contraintes: le design matériel de la montre devra intégrer des composants qui sont supportés par le système de Google. Et là, on se retrouve très vite limité à quelques puces qui sont d’ailleurs assez anciennes et la montre a de fortes chances de ne pas être très concurrentielle.

Apple est un cas un peu particulier avec un système complet (issu du système de leurs téléphones portables) sur une plate-forme matérielle qu’ils conçoivent également eux-même.

Aujourd’hui sur le marché, on voit que malgré de nombreuses tentatives de plusieurs fabricants, aucune montre Android Wear n’a véritablement rencontré un réel succès sur le marché. L’un des problèmes les plus importants avec Android Wear reste son autonomie qui dépend aussi bien des optimisations logicielle ainsi que du processeur utilisé. Et si Qualcomm ne remplace pas sa puce actuelle qui date de plus de deux ans par une puce plus compétitive, il y a fort à parier que Android Wear disparaisse progressivement du marché.

Lorsqu’on voit comment une société comme Garmin a réussi à construire son propre système parfaitement adapté à ses propres besoins, on voit qu’il y a la possibilité, pour autant qu’on y mette les moyens, d’obtenir un système efficace pour une montre connectée qui vise un segment très précis. Alors verra-t-on à l’avenir des systèmes embarqués sur les montres qui seront plus spécifiquement conçus pour les besoins exacts du segment visé par la montre? Probablement.

3 thoughts on “Android Wear va-t-il survivre?

  1. Salut,
    Pour ma part, j’ai eu deux montres Android Wear. La Polar M600 et ensuite, la Tag Heuer Connected 45 (2nd modèle). J’ai été très déçu de la gestion sportive d’Android Wear, par rapport à une montre Garmin. Pas de véritables applications de sport où l’on peut paramétrer ses écrans, connectivité aux capteurs quasi inexistante, applications portées au Android vraiment pauvres (Strava par exemple, ne permet même pas de personnaliser les champs de données). Si on compare la Polar M600 et la Tag Heuer, une coûte 300 CHF et l’autre plus de 1800 CHF. Et pour ce prix, les fonctionnalités sont identiques, voire supérieures sur la Polar. Et effectivement, l’autonomie est une horreur, une journée sur la Tag Heuer, un peu plus sur la Polar. Par contre, la bonne idée de Polar, c’est d’avoir porté leur application de sport sur la montre, et là, cela fonctionne très très bien. Mais pour le reste, Android Wear manque vraiment d’applications et d’intérêt de la part des éditeurs. Bref, je suis revenu à Garmin. Donc, effectivement, si Google n’annonce pas d’avancée majeure avec Android Wear, ou s’ils ne mettent pas l’énergie suffisante, le projet aura sérieusement du plomb dans l’aile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *